Grade des perles

Un certain nombre d’éléments sont importants pour définir la qualité d’une perle : son lustre (capacité à refléter en détail), sa surface (le moins de défauts possibles), sa forme (ronde, semi-ronde…), sa taille, sa couleur, l’épaisseur de la nacre ainsi que la régularité du format des perles dans un collier par exemple.

Malheureusement aucun système de grade n’a réellement été établit et adopté par les différents acteurs, il n’y a que les perles tahitiennes qui ont un grade définit et vérifié par les autorités polynésiennes. Néanmoins le GIA, laboratoire faisant office d’autorité dans le domaine, vérifie ces éléments et propose des certificats. Un bijou avec certificat GIA est donc recommandé (tous nos bijoux sont fournit avec certificat du GIA).

Le système de grade le plus couramment adopté en fonction de ces observations commence par A, AA et enfin AAA pour la plus haute qualité. Ce système s’inspire de celui utilisé au Japon pour les perles Akoya. Mais certaines bijouteries vont jusqu’à AAAA (qui sera alors l’équivalent d’un AAA ailleurs s’il s’agit de leur grade maximum). Certains souhaitent en effet plus de trois classes de notations et ajoutent ce AAAA ou des entre-deux, comme le grade AA+. C’est notre cas, puisque chez Ora perles, nous utilisons quatre grades : A, AA, AA+, AAA

  • Le grade Hanadama : ce grade particulier est réservé uniquement aux plus belles perles Akoya. Une perle Hanadama doit toujours être accompagnée d’un certificat de l’unique laboratoire Japonais en charge de l’attribution de ce grade. Elles ont un lustre incroyable avec presque aucun défaut de surface et un orient prononcé (voir orient en bas d’article).
  • Le grade Top Gem (ou Top Gemme) : Dans toutes les perles AAA, il en ressort certaines qui ont un lustre exceptionnel, en particulier pour les perles Tahitiennes et les perles des mers du sud. On a coutûme de parler dans le domaine de grade Top Gem, ou Gem (qui peut être traduit par Gemme). Nous en proposons un grand nombre, ces perles sont celles que nous recherchons le plus pour la confection de nos bijoux.
  • Le grade AAA : la perle doit être parfaitement ronde, pas de défaut sur 95 % de la surface de la perle, à savoir que le terme défaut reste dans tous les cas à relativiser. En effet les marques sur la surface d’une perle sont aussi ce qui la différencie d’une fausse, la « signature de mère nature » en quelque sorte. Le lustre doit être très élevé, vous devez vous voir dans la perle mais aussi voir les détails de votre reflet. La nacre doit être épaisse, au moins 0,4mm dans le cas des perles Akoya (qui, il faut le noter, font par définition partie des perles avec la nacre la plus fine).
  • Le grade AA : La perles doit avoir un lustre très important, et au moins 75 % de sa surface sans défauts (notre grade AA+ place la barre à 85 %, avec uniquement des défauts mineurs).
  • Le grade A : plus de 25 % de la surface à défauts, nacre souvent de faible épaisseur à cause d’une récolte trop rapide. Le principe même de notre maison est de sélectionner les meilleures perles, c’est donc un grade que vous ne trouverez pas chez nous.

Lustre des perles

Les Gouttes, perles cerclées, perles de Mabé et perles Baroques


Une perle peut avoir une forme de goutte, ou être cerclée (un ou plusieurs anneaux sur la perle, dû on le pense, a une rotation de la perle lors de sa fabrication). Une perle de Mabé est une « demi-perle », ce sont des perles qui proviennent d’un corps étranger s’accolant à l’intérieur de la coquille. L’huître crée de la nacre autour de ce corps, et la nacre à l’intérieur de la coquille est bombée. On coupe cette partie bombée afin d’obtenir une demi-perle.

Une perle est dite Baroque lorsqu’elle n’a pas d’axe de symétrie, elle n’est ni ronde, ni semi-ronde, ni en forme de goutte symétrique... Les perles baroques, les gouttes et autres formes particulières peuvent tout de même être notées : leur forme n’est certes pas ronde, mais certaines ont moins de défauts, un meilleur lustre etc.

Bien que les perles rondes soient les plus recherchées, ces perles aux formes originales peuvent elles aussi avoir une grande valeur. Les perles en forme de gouttes sont très appréciées, de même que les perles cerclées tahitiennes. Les perles baroques ont par ailleurs souvent l’avantage de présenter un Orient très intense (voir Orient plus bas). Les perles de Mabé sont souvent utilisées sur des bagues. Là encore, c’est avant tout une question de goûts personnels !

Forme des perles

Le grade A-B-C-D des perles Tahitiennes


Les perles tahitiennes passent toutes par un contrôle très strict et sont gradées avant de sortir de Polynésie, le grade A étant le plus élevé. Puisque nous utilisons nous même un système avec quatre grades, nous transposons le système Tahitien afin que cela soit plus simple à comprendre en comparaison aux autres types de perles. Les caractéristiques sont cependant sensiblement différentes.

  • Grade A : défauts mineurs sur moins de 10 % de la surface de la perle, avec lustre très important.
  • Grade B : Lustre élevé, défauts mineurs sur moins de 30 % de la surface
  • Grade C : Lustre moyen, défauts mineurs sur moins de 60 % de la surface
  • Grade D : Au moins 60 % de la surface à défauts mineurs OU des défauts plus profonds. Peut avoir un lustre important, mais dès qu’il y a des défauts profonds, le grade D est appliqué.


Les perles de qualité D sont généralement détruites ou destinées à la création de produits à base de poudre de perle.

Qu’est-ce que l’orient ?


Une perle a une couleur principale (blanche, lavande, noire…) et généralement au moins une couleur dite secondaire. Une perle blanche peut ainsi avoir des reflets crème, argent, rosé… Ces reflets sont fixes, à l’inverse de l’orient.

L’orient est en effet une teinte mobile, un effet d’iridescente qui peut apparaître en surface ou juste sous la surface, et d'apparence semblable aux couleurs de l'arc en ciel que l'on peut voir lors du mouvement d'une bulle de savon. il est dû à au moins un des effets physiques suivant : diffraction, réfraction, réflexion, interférence par couche mince. Le GIA décrit ainsi l'orient comme étant polychromatique et mobile, alors que la couleur secondaire (appelée "overtone" dans le jargon) est monochromatique et immobile.

L'orient apparaît grâce à la complexité de la nacre, composée de onchyoline (matière organique) liant les cristaux d’aragonites (carbonate de calcium) en plusieurs couches successives.

L’orient est particulièrement présent sur les perles Hanadama, composées de nombreuses couches fines et à la structure resserrée. Il ressort aussi souvent plus sur les perles baroques, qui par leur forme irrégulière permettent à l’orient de s’exprimer sans avoir à bouger la perle.

L’orient est malheureusement souvent confondu avec la couleur secondaire, plus marquée (crème, argent etc.) d’une perle, l’exemple de la bulle de savon permet de bien les différencier.